A PHP Error was encountered

Severity: Runtime Notice

Message: Only variables should be assigned by reference

Filename: plugins/theme.php

Line Number: 399

A PHP Error was encountered

Severity: Runtime Notice

Message: Only variables should be assigned by reference

Filename: plugins/theme.php

Line Number: 399

A PHP Error was encountered

Severity: Runtime Notice

Message: Only variables should be assigned by reference

Filename: plugins/theme.php

Line Number: 399

A PHP Error was encountered

Severity: Runtime Notice

Message: Only variables should be assigned by reference

Filename: plugins/theme.php

Line Number: 399

A PHP Error was encountered

Severity: Runtime Notice

Message: Only variables should be assigned by reference

Filename: plugins/theme.php

Line Number: 399

A PHP Error was encountered

Severity: Runtime Notice

Message: Only variables should be assigned by reference

Filename: plugins/theme.php

Line Number: 399

A PHP Error was encountered

Severity: Runtime Notice

Message: Only variables should be assigned by reference

Filename: plugins/theme.php

Line Number: 399

A PHP Error was encountered

Severity: Runtime Notice

Message: Only variables should be assigned by reference

Filename: plugins/theme.php

Line Number: 399

Arougou Event | LE SPÉCIALISTE RANDONNÉE



Matériel de la spéléologie
Sous-combinaison

Le faible volume d'échanges gazeux fait que la température d'une cavité est presque toujours différent de la température extérieure. Elle est grossièrement égale à la moyenne des températures annuelles à l'entrée. En été, il fera plus froid dans la grotte qu'à l'extérieur, et inversement en hiver. Le premier ennemi à affronter est donc le froid. Il peut conduire à l'hypothermie. L'équipement anti-froid idéal est composé d'une sous-combinaison hydrofuge. On peut utiliser une sous-combinaison de ski, mais cette dernière ne doit pas gêner en limitant l'ampleur des mouvements. L'épaisseur de la sous-combinaison dépend du type de cavités que l'on rencontre dans la région où l'on évolue. Dans les cavités très aquatiques, une combinaison néoprène permettra de se protéger du froid. La sous combinaison doit être bien ajusté pour être efficace, de façon à éviter l'effet de "soufflet" lors des mouvements : le courant d'air chasse la couche réchauffée au contact du corps, conduisant à une perte rapide de chaleur ; de plus, les bourrelets du tissu peuvent gêner dans les passages étroits. Le coton, qui retient l'eau froide, est à éviter.

Combinaison

La combinaison de spéléologie est conçue pour ne pas bloquer la progression. Le tissu synthétique épais résiste à l'abrasion. Il est assez dense pour ne pas s'accrocher à la roche. Les combinaisons semi étanches ne sont pas enduites aux coutures ; les combinaisons imperméables protègent efficacement de l'eau, qui est abondante sous terre, mais laissent peu passer la transpiration. La combinaison doit correspondre au type moyen de cavité dans la région dans laquelle le spéléologue pratique.

Gants et bottes

De taille adaptée à la morphologie du spéléo, ils doivent être imperméables et résistants aux coupures. Les bottes concourent à éviter les glissades involontaires.

Kit

Le kit de spéléologie est un sac épais et semi étanche qui permet de ranger tous ce qui n'est pas immédiatement nécessaire en progression. Il se porte généralement sur les épaules, mais est poussé dans les boyaux et attaché au maillon ventral dans les verticales.

Bidon étanche

Très pratique pour protéger la nourriture, un bidon étanche est aussi très pratique pour remonter à la surface la chaux de combustion des lampes acétylène et les matières fécales. En effet, le milieu souterrain est exempt des bactéries qui pourraient recycler les déchets. Il est donc nécessaire de les remonter en surface. Les inconvénients du bidon étanche (volume incompressible même vide, rigidité, poids, etc.) fait qu'il est abandonné par les adeptes de la spéléologie légère.

Eclairage

On approche du noir absolu au cœur des grottes. Sans éclairage, la progression y est impossible. L'éclairage électrique a supplanté l'éclairage dit « à acétylène. La puissance (> 1 W). Les éclairages électriques diffusent une lumière constante, plus fiable que celle des éclairages à acétylène. Les éclairages à acétylène offrent toutefois un champ d'éclairage (et donc de vision) plus large, et une lumière plus « vivante », plus douce et plus agréable à l'œil. Ces dispositifs à combustion produisent une chaleur parfois appréciable. Ils sont cependant lourds et encombrants. Dans tous les cas l'éclairage est fixé sur le casque.

Casque de spéléologie

La protection de la tête est indispensable : dans une grotte, les plafonds sont généralement bas, le sol souvent glissant et accidenté ; les chutes de cailloux plus ou moins volumineux, délogés par les équipiers ou les cordes, sont monnaie courante. Les casques de spéléologie sont constitués d'une calotte et d'une coiffe. La calotte permet de protéger la tête d'un contact avec une pierre qui tombe, ou d'un rocher lors d'une chute du spéléologue. La coiffe est constituée de sangles en forme d'araignée qui s'intercalent entre la calotte et la tête. La garde correspond à l'espacement entre la coiffe et la calotte. La présence de la garde permet aux sangles de s'étirer pour amortir le choc et éviter de transmettre une onde qui risquerait de provoquer des lésions cervicales. Dans certains casques récents, l'espace de garde est remplacé par des matériaux absorbants. Les boulons de fixation des dispositifs d'éclairage doivent être tournés à l'extérieur du casque, sans dépasser vers la calotte, où ils risqueraient de perforer le crâne lors d'un choc.

Harnais

Le harnais est constitué de sangles solides et d'un système d'accrochage (boucles métalliques ou de sangle). Il enserre les hanches et le torse du spéléologue. Positionné sur les hanches et autour de la taille du porteur, le harnais-cuissard, appelé aussi baudrier, grâce à un système de sangles réglables, maintient étroitement le corps du spéléologue qui ne doit pas pouvoir s'en échapper. On ferme le baudrier grâce à un Maillon À Vis de Ceinture MAVC. Le baudrier est conçu pour résister à l'abrasion du milieu souterrain, notamment de l'argile. Il dispose de peu de support de matériel : afin de ne pas gêner la progression, les éléments non indispensables sont rangés dans des sacs. Le baudrier est en outre doté de porte-matériels permettant d'accrocher des mousquetons. Les harnais d'escalade ne sont pas adaptés à la spéléologie. Les harnais-cuissards de spéléologie, en raison d'un point d'ancrage bas, n'empêchent pas le basculement du corps. Ils doivent être complétés par un baudrier de torse.

Baudrier de torse

Indispensable à la montée comme à la descente, il maintient le bloqueur de poitrine et évite de devoir compenser le basculement du corps par un effort supplémentaire sur les bras. Il empêche le retournement du corps suite à une chute. Contrairement aux longes d'escalade, les mousquetons à vis ne sont pas adaptés à l'usage des longes spéléologiques, car leurs mécanismes, d'une part fragiles, forment d'autre part une excroissance propre à se bloquer dans les nœuds d'amarrage, risquant ainsi de mettre le spéléologue en difficulté.